Gynécomastie – Élimination de la Glande Mammaire

Home / Gynécomastie – Élimination de la Glande Mammaire

Définition

Le développement excessif de la zone mammaire chez l’homme est un phénomène bénin mais qui peut être complexant. Qu’il s’agisse de la glande mammaire (gynécomastie) ou d’amas graisseux (adipomastie), des traitements chirurgicaux permettent de corriger l’aspect entrainé par ce qui s’apparente à des « seins » et un volume mammaire chez les hommes.

Objectif

Une gynécomastie chez clinica en Tunisie se traduit par restituer au mieux l’anatomie normale du patient. Dans un premier temps en réduisant le volume mammaire par exérèse chirurgicale directe ou par lipoaspiration pour les formes graisseuses, (dans certains cas les deux techniques peuvent être combinées), puis en diminuant l’excès de peau.

​Une liposuccion pourra être associée.

Avant l’intervention

Les motivations et les demandes du patient seront analysées lors de la consultation préopératoire avec le chirurgien. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention. L’arrêt du tabac est vivement recommandé avant l’intervention. Il est impératif d’être à jeun 6 heures avant l’intervention.

Anesthésie

Cette intervention se pratique sous anesthésie générale.

Durée de l’intervention

En fonction de l’ampleur du travail à effectuer, l’intervention peut durer de 30 minutes à 2 heures.

Cicatrices

Les cicatrices peuvent être :

  • Péri-mamelonnaires (autour de l’aréole),
  • Horizontales et se prolonger de part et d’autre de l’aréole.
  • D’autres types de cicatrices sont possibles (verticale, en queue de raquette…)

 

Les cicatrices dépendent de chaque cas particulier. La longueur et la situation des cicatrices varient en fonction de la technique opératoire. Les cicatrices évoluent pendant 4 à 6 mois après l’intervention, elles sont d’abord blanches et fines le premier mois, puis deviennent rosées ou rouges et indurées jusqu’au 4ème mois, ensuite, elles blanchissent progressivement.​

Récupération

Des douleurs dues aux œdèmes et ecchymoses peuvent apparaître les trois premiers jours qui suivent l’intervention. Un traitement antalgique adapté à l’intensité des douleurs sera alors prescrit.

En cas de liposuccion isolée, le patient peut ressentir localement des douleurs à type de « fortes courbatures ». La gêne à l’élévation des bras est fréquentes les premiers temps. Le premier pansement sera retiré après quelques jours suivant l’opération, il est alors remplacé par un pansement plus léger. Souvent, le pansement initial est compressif, puis, rapidement un pansement plus léger est associé à une bande de contention à porter jour et nuit pendant un certain temps. Cette contention aide à la rétraction cutanée et favorise une cicatrisation uniforme. Une activité normale pourra être envisagée à partir du cinquième jour suivant l’intervention.

Il est recommandé d’attendre un à deux mois avant de reprendre une activité sportive.

Le résultat

L’amélioration est souvent nette et immédiate. Cependant, un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif, c’est le temps nécessaire pour que les œdèmes postopératoires disparaissent et que l’excédent cutané se rétracte. Au-delà de cette période, les tissus gagneront en souplesse progressivement.